FAT 2021 : AMUKA, l’éveil des paysans congolais est au cœur de débats à l’UCOOPMAKIN

0 Shares

Le festival des films alimenterres, FAT 2021, a démarré mercredi 08 décembre 2021 dans la salle de réunions de l’UCOOPMAKIN dans la commune de Kimbanseke à Kinshasa. Cette cinquième édition du FAT 2021 est organisée par le CENADEP avec l’appui de SOS Faim.

Comme chaque année, le festival démarre avec une ambiance festive incitant ainsi la population à découvrir de quoi il s’agit et ainsi à attirer l’attention du public. Un groupe folklorique donne le go du festival et c’est parti pour une journée pleine de débats et réflexion sur les enjeux du secteur agricole en RDC et dans le monde. Ces chants folkloriques rappellent l’importance capitale que porte l’agriculture en RDC.

Après le mot d’introduction prononcé par Jean Baptiste Lubamba, superviseur du FAT au CENADEP, il a été procédé à la projection du film « AMUKA », l’éveil des paysans congolais qui a suscité un grand intérêt puisqu’il pose de vrais problèmes qui sont vécus par des agriculteurs et agricultrices.

Pourquoi un tel paradoxe et quel avenir pour l’agriculture familiale congolaise ? Alors que la RDC pourrait nourrir 3 milliards de personnes, aujourd’hui un congolais sur deux souffre de la faim.

Les nombreux agriculteurs présents à ce festival trouvent un espace de s’exprimer et ils relatent leur vie d’agriculteur, leurs difficultés et leurs attentes, mais aussi le film les a édifiés. Au travers de cette projection, ils ont retrouvé les mêmes réalités que les leurs, ils produisent mais souvent ils meurent de faim. Ils sont confrontés aux divers problèmes comme : les mauvais états des routes, les tracasseries administratives avec les différentes taxes, les importations des produits agricoles qui concurrencent la production locale….

A l’UCOOPMAKIN, le festival se poursuit ce 09 décembre 2021 avec d’autres projections des films très intéressants.

                                                                                                                        Myriam BWITI

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *